coucher soleil moorea

Déjà 1 an sur Tahiti : Bilan

Et oui, aujourd’hui ça fait un an jour pour jour que j’ai posé mes orteils sur le sol polynésien.  Un an également que le blog a pris vie. Et je vous remercie pour m’avoir suivie, pour vos messages bienveillants et vos encouragements.

Aujourd’hui le blog c’est : 474 fans sur FB, 83 abonnés sur twitter (ba oui on fait ce qu’on peut hein ^^, mais c’est tout frais aussi ! s’pour ça :p) , 29 853 utilisateurs, 87 865 pages vues, plus de 3 min par session et 68 articles publiés. Suis contente pour un petit blog sur l’expatriation sur un lopin de terre à plus de 15 000 km 🙂 Encore Merci à tous !

Aujourd’hui je vais me livrer (ouuuuuhhh) un peu et parler de mon année ici, à Tahiti. (EDIT après écriture : j’ai un peu raconté ma life là, donc si t’es motivé, prends un coussin, des ptis gateaux, un GRAND café et installe toi, j’me suis lachée)

J’avais déjà fait un premier bilan au bout d’1 mois. Cette fois c’est un retour d’expérience un peu plus “légitime”. A vrai dire je ne sais pas vraiment par où commencer. Il y a tellement de choses à dire. J’aurai tellement aimé vous dire à quel point j’aime la Polynésie, que la Polynésie est dans mon coeur, que ça fait partie de moi, que je m’y sens s’y bien, que tout est extraordinaire…,  comme je peux très souvent le lire dans les forums, groupes facebook ou autres. J’ai des fois l’impression d’être décalée du coup. En fait nan, juste rabat joie haha. J’aurai bien aimé pouvoir dire que c’est JUSTE GENIAL. Mais je ne le ferai pas (ba nan, trop facile, j’t’ai dis qu’j’étais rabat joie?). J’y mettrai juste un peu de nuances…

Meuuuuu nan c’est TRES bien ici. Y’a quand même un peu de moins bien. Croire que c’est juste magique et extraordinaire est un peu naïf à mon sens. Pour moi, il faut bien distinguer 3 choses : Tahiti carte postale vs la réalité (ceci fera l’objet d’un article à part), la vie à Tahiti et l’expérience personnelle. La réalité de la Polynésie est parfois bien difficile, je ne vais pas en parler ici, mais elle altère un peu le côté magique dont tout le monde parle, ce n’est pas que “piou piou les p’tis Zoiseaux”. L’envers du décor est parfois bien triste…

Reste la vie à Tahiti, qui je pense, est plus ou moins partagée par les expatriés et l’expérience de chacun qui viendra nuancer tout ça.

Vivre à Tahiti

Ahhh vivre à Tahiti, ben c’est quand même pas dégueulasse hein^^. J’avoue, c’est quand même bien. ça fait du bien. Il ne fait quasiment jamais froid, on ne se demande pas si on prend un pull, un jean, une jupe (ouaii le côté féminin est toujours là je saiiiiis) car de toute façon on est en tee shirt et en tong toute la journée et on fait péter les vernis à ongle colorés (on se refait pas hein?). Et c’est vrai, le soleil, les couleurs, font du bien au moral. Les gens sont si gentils et souriants. Il y a une certaine bienveillance et sérénité ici. Une douceur de vivre.

La vie est simple aussi. On est complètement déconnecté. Déconnecté des infos (ouiiii il y a la télé et on regarde les infos. Mais c’est pas pareil. On se sent un peu indifférent de ce qu’il se passe à 15 000 km. On est un peu comme hors du temps. ), déconnecté de l’hyperconsommation (il y a une rue commerçante, 3 magasins avec de la déco des années 40 et c’est tout. Bon j’exagère, mais oubliez les journées shopping les filles), déconnecté de l’hyper business (les gens s’en foutent tant qu’ils bouffent à la fin du mois) déconnecté de la publicité (moi qui bosse un peu dans le milieu, il y a 20 ans de retard…), déconnecté du stress, déconnecté de l’hyperTOUT. On vit dans une bulle. On vit loin. On vit simple.

La vie est au ralentit. On laisse passer les piétons et les voitures (un truc de fou, même sur des doubles voies où les voitures roulent “vite”, elles s’arrêtent d’un coup, tu sais pas pourquoi, et puis si tu sais, elles laissent passer un piéton ou une voiture qui n’a même pas la priorité). On prend son temps, plus rien n’est grave, plus rien ne presse. Rupture de stock ? bin on attends ou on prends autre chose. Tu demandes un truc, ça prends 3 semaines. Tu te dis bon ba ok. Toute façon t’as pas le choix. On fait avec ce qu’il y a, on fait avec ce qu’on a. On change de vie, on change de rythme. On essaie de perdre nos sales habitudes de métropolitains qui parfois nous rattrapent un peu trop vite (genre la notion du service client ou le client est roi n’est pas complètement bien intégrée ici).

Voilà, vivre à Tahiti c’est un peu vivre hors du temps. Mais avec internet^^

Et puis vivre à Tahiti c’est parfois faire des choses fantastiques que tu ne peux faire qu’en vacances. Ici ces choses fantastiques, elles sont à portée de main tout le temps (et à portée de ton portefeuille aussi hein, faut pas non plus l’oublier, parce que sans portefeuille garni, tu fais pas grand chose…). Partir dans les îles, faire de la plongée, faire du snorkeling dans le lagon, du kayak, paddle, rando dans les montagnes, voir un baleineau têter sa maman, nager avec les raies et les requins, boire un cocktail au bord de la mer, partir le weekend à Moorea comme on partirait en Normandie à St trop… Le cadre est toujours fantastique, les paysages magnifiques et c’est une chance de pouvoir voir ça dans sa vie.

Oui c’est vrai, tout ça c’est vivre à Tahiti.

Voilà, mais tout ça, c’est aussi le condensé des points positifs de vivre dans une île. C’est ce dont les gens parlent parce que ça fait rêver. ça fait bien et on ne retient que ça. ça fait baver les autres et on en tire une certaine satisfaction (d’ailleurs prends un mouchoir et nettoie le coin de ta bouche là, ça coule un peu :p). Mais la vie ici n’est pas que ça. Quant aux points négatifs je les ai déjà évoqués ici (éloignement, inconvénient d’une île, activités restreintes…)

Pour ma part, la vie n’est pas rythmée que par le snorkeling, la plongée, les randos, les cocktails… loin de là (je sens une déception profonde dans ton coeur. ouai je sais je ne fais aucun effort 🙂 ). Le quotidien est là et il nous rattrape vite (le salop !). On a beau avoir la mer à côté, c’est pas pour ça qu’on y va tous les jours. Je dirais que la semaine est plutôt banale sauf qu’il fait chaud et que le cadre est sympa – ce qui est déjà pas mal (attention Tahiti, ce n’est pas la carte postale, ça reste joli, mais c’est TRES loin des images filmées à la télé). Et le weekend, les activités restent souvent les mêmes (ouai enfin, j’veux dire nous on va faire de la plage quoi, on va pas chez IKEA :p).

Tahiti manque pour moi un peu d’énergie, de vie, d’effervescence, d’animation. Je trouve que Tahiti est assez mal aménagé et n’invite pas aux activités. C’est dommage. On peut vite s’y ennuyer. Je crois qu’il faut juste aimer avoir une vie paisible. Sinon c’est compliqué. C’est marrant, quand j’étais en métropole, je trouvais que tout était TROP : trop de commerces, trop de business, trop de technologies, trop connecté, trop stressé, trop individualiste, trop d’évolution… Bref tout allait trop vite. Bon là je trouve que c’est pas assez. AAArggghhhh on est jamais content (ba oui, suis française après tout…). Me faudrait un entre deux quoi lol. Mais c’est surtout l’expérience personnelle sur Tahiti qui va faire qu’on aime ou qu’on aime pas et qu’on s’y s’en bien ou pas. Pour le reste, il est vrai qu’il ne tient qu’à nous de bouger ses petites fesses après tout. (Bon après on attrape vite la fiu attitude, c’est terrible^^). PS: fiu attitude en fait, c’est juste glander toute la journée 🙂

 

L’expérience personnelle

[WARNING] Ce que je dis dans cet article est ma vision des choses à moi et n’engage que moi. Mon homme a une vision et un ressenti différent alors que l’on partage une grande partie de la journée ensemble. Elle ne sera pas la même qu’un vacancier, qu’un popaa expatrié il y a 10 ans, un jeune de 20 ans qui vient tenter sa chance cette année ou une famille qui a tout quitté pour s’installer définitivement ici. Chaque expérience est différente et ce que je raconte est juste une version parmi d’autres, ma version à un instant T, peut être que dans 2 ans elle aura évolué. C’est très important que tu comprennes ça, pour que toi qui souhaite t’expatrier aussi, tu aies suffisamment de recul sur ce que je dis.

Je pense que mon expérience personnelle n’ est conditionnée en fait qu’à UNE chose, et ma vision largement influencée par ça : je suis obnubilée par le travail et ma vie professionnelle. En venant ici, il était hors de question que je fasse un boulot pourri pour pouvoir vivre une expérience à Tahiti. Je tenais à faire un boulot qui me plait et où je m’épanouis. Je cherche pas une carrière, je cherche à rester dans mon domaine (qui me plait) et surtout pas faire femme d’expatriée qui s’est résolue à faire femme au foyer ou qui a décidé de prendre quelques années sabbatiques.

J’ai eu la chance de trouver très vite un travail, en plus intéressant ! mais où je bossais au fond d’un entrepôt, dans une pièce sans fenêtre, avec pour seuls collègues, des rats et des cafards morts. Ah oui et aussi mon boss un tantinet complètement en fait mégalomane. En général, quand on arrive dans un endroit, on commence sa vie sociale avec le boulot. Bon là, c’était loupé. A pas bien commencé l’année mouuaa. Du coup, j’ai arrêté au bout de 6 mois avec un certain soulagement, sans rien derrière. Mais que les journées peuvent être longues quand on travaille pas… !! Ouai quand on travaille, ba c’est chiant, on préfère aller à la plage. Puis quand on ne travaille pas, c’est chiant aussi et en plus on va pas à la plage… Aller comprendre… Aaahh mais y’a quand même un avantage aux longuuuuues journées :  tu vieillis moins vite (ou tu te vois vieillir je sais pas ahah) Bref l’angoisse. Qu’est ce que je vais faire si je trouve pas de boulot? A part passer son temps à cramer à la plage?  Mon passe temps favori : faire bronzer mes entre-doigts de pieds, une activité passionnante. Mais au delà de ça, mes quelques “projets” hebdomadaires (lessive, ménache, course, facebooook – c’ui là il me sauve la vie), n’occupent pas mes journées. Donc voilà. Les questionnements autour du boulot ont été omniprésentes et ont malheureusement largement contribué à nuancer mon expérience ici. Je sais je devrais lâcher prise et profiter. Mais suis comme ça, têtue et bornée.

Bon aujourd’hui, ça va mieux hein^^. Toujours chômeuse sans chômage (ah oui ici t’as quetchi) et totalement dépendante financièrement femme moderne qui utilise allégrement son homme. Mais le réseau d’amis s’étoffe au fur et à mesure, des gens supers et les projets se mettent doucement en place. Espoir tu ne me quitteras point ! Si rien ne se présente d’ici 2 mois, je monte ma tite boite. Voilà un projet motivant, où je vais apprendre plein de choses. Il fallait que je me donne des objectifs, c’est chose faite. Attendons de voir la suite, elle ne peut être que positive. 🙂

Ce que j’ai écris est peut être un peu décousu, même potentiellement un peu long voire probablement chiant. J’ai écris un peu comme ça me venait, ça se voit je sais, j’ai été recalée au métier d’écrivain littéraire. C’est pas évident lorsque l’on a des sentiments mélangés de les expliquer. Néanmoins et même si je suis partagée, je reste contente d’être venue ici pour découvrir autre chose, d’autres gens, de superbes paysages, un autre rythme et d’autres perspectives d’avenir. L’expérience reste positive et elle n’est surtout pas finie car finalement elle vient de vraiment commencer 🙂

et toi popaa qui a posé tes pieds ici, que penses tu de la vie à Tahiti ?

Rendez-vous sur Hellocoton !