Lagon Moorea

7 questions à se poser avant de s’expatrier en Polynésie

Même si pour beaucoup d’entre nous, Tahiti ou la Polynésie reste un rêve, si l’opportunité vient à vous ou que vous décidez de tout plaquer pour trouver le soleil, il y a des milliers de questions à se poser avant de sauter le pas.

Sauf dans les cas suivants :
– vous êtes complètement inconscient
– vous voulez vivre d’amour et d’eau fraiche
– vous pourriez kiffer faire le Robinson Crusoé (ouai je sais “kiffer” est un peu has been)
– vous détestez vos amis, votre famille, vos collègues, votre boulot, votre proprio, et les voisins vous cassent les co… conduits auditifs de vos 2 oreilles
– vous n’avez rien de ce qui est marqué dans la ligne du dessus et votre vie est un néant. Le suicide n’étant pas encore envisagé, Tahiti serait peut être une bonne option.
Dans les autres cas, il convient de réfléchir et à se poser des questions. Et au delà de se poser des questions sur l’expatriation, c’est surtout se poser des questions sur le choix de la Polynésie

1. Pourquoi partir en Polynésie ?

Avant de répondre aux questions suivantes, il faut réfléchir sur ses motivations, ses objectifs de vie, ses objectifs professionnels, ce qu’on souhaite y faire et pourquoi. C’est vrai que le soleil et la mer translucide des reportages et documentaires font un peu baver.

On rêve souvent de pouvoir attraper le cancer de la peau plus vite avoir le teint halé toute l’année, pouvoir nager avec des milliers de poissons radioactifs colorés et faire des photos magnifiques pour pouvoir se la péter auprès de ses amis (:p)
Mais en aucun cas, cela ne peut être vos seuls motivations, car la Polynésie a des inconvénients à ne surtout pas négliger. Et puis faire autant de km pour voir du soleil et du poiscaille, c’est un peu léger.

Avez vous une opportunité professionnelle à ne pas manquer ? souhaitez vous monter votre  propre projet ? Vous êtes fan de surf ? Vous avez envie de découvrir une culture et un rythme de vie complètement différent ? Fuyez vous votre vie et peu importe ce que vous trouverez ici ? ou tout simplement vivre une expérience différente pendant un temps ? Souhaitez vous y rester 1 an, 5 ans ou y vivre définitivement ? la durée est d’ailleurs tout aussi importante que la raison de l’expatriation.

2. Vais-je supporter de vivre à 22h de vol ?

On sait tous que la Polynésie c’est loin, mais on peut  vite oublier que c’est 22h de vol (pour Paris/ Papeete, encore plus dans les autres iles et si vous venez de province). Et avec des mouflets en bas age dans l’avion et les jambes en 8, 22h c’est long. Très long.  On ne rentre pas comme ça, sur un coup de tête et se dire “tiens et si j’allais me choper un rhume pour une petite semaine ?” Non. On ne se fait pas des petites vacances vite fait pour revoir ses amis (je ne sais pas si c’est parce que j’ai passé 30 ans et que le déclin n’est pas loin, mais j’ai mis 10 jours pour m’en remettre !). On ne rentre pas forcément tous les ans pour les fêtes. Et lorsqu’il y a un problème avec ses proches, ça devient tout de suite plus compliqué. D’autant plus que le billet est très cher ! environ 2 000 € et 1 700 € quand on s’y prend à l’avance et qu’on a un peu de chance ou qu’on fait 12 transits.

Un autre choix s’impose. Les grandes vacances. Que faire ? retourner en Métropole ou profiter pour visiter les pays alentours ? ça peut paraitre anodin comme question, mais ça ne l’est pas tant que ça. Des vacances, on en a pas beaucoup. D’ailleurs même si on en avait beaucoup encore faut il avoir son portefeuille qui déborde.

 

3. Vais-je supporter de vivre sur une île ?

Au delà des 22 h de France, on pose le pied sur une motte de terre au milieu d’un océan. TOUT ce qui est plus grand que Tahiti est au minimum à 5h d’avion. Vivre sur une île, même si l’idée parait cool, ba on tourne vite en rond. Les activités, les coins sympas sont toujours les mêmes. Il n’y a pas de possibilité de s’échapper. Le monde est petit et encore plus ici.

Autre inconvénient, presque tout est importé et très taxé. D’où un coût de vie élevé. Les stocks de produits sont des fois aléatoires. On ne trouve pas toujours les produits que l’on veut/a besoin. On fait avec ce qu’on trouve. Et c’est particulièrement vrai dans les autres îles. Sur Tahiti beaucoup moins.

Si vous vous voulez changer d’air et vous évadez, l’avion est donc incontournable. Prévoyez un budget conséquent à chaque petite évasion.

Le choix de l’île est également important. Tahiti est le centre économique. Tout passe par Tahiti et tout se passe à Tahiti. Sorti de cette île, toutes les problématiques énumérées ici sont amplifiées. Les activités, la solitude, le problème des approvisionnements, l’espace réduit…

Et puis, il y a aussi la chaleur, l’humidité, la saison des pluies qui peut des fois être difficile à supporter. Mais bon ça c’est un détail. Et puis y’a des clims partout 🙂

 

4. Puis-je me contenter des activités de l’île ?

Ici c’est la mer, la mer, la mer et… la mer… Bon en même temps, tu vas dire “Normal”. Vouiiii mais c’est important quand même de clarifier. Au cas où…

T’aimes pas l’eau ? Aïe ! c’est balot. Il y a pourtant bien des randos, mais à mon grand désarroi, c’est très peu exploité et en plus la plupart des sentiers sont payants ou il faut prendre un guide.

Et encore sur Tahiti, il y a quand même des activités diverses : danses, running, salles de gym,… mais sur les autres îles, mieux vaut aimer les activités nautiques.

En termes de culture, c’est assez vide. Oublie les soirées parisiennes (ouai ouai je sais… Paris n’est pas le centre de l’univers de France), les expos les weekends, les pièces de théâtres dans les petites salles, les humoristes dans les bars, les concerts de Francis Lalane Stars Innnternachionaul. Quoi que tu rigoles, mais Francky Vincent est venu nous voir ! et siiii, t’es jaloux hein ! Avoue !

Bon sinon y’a une autre solution pas dégueu, tu prends l’avion et tu vas à Auckland. Les concerts, c’est là bas.

Ceci dit, il faut quand même rendre Cléopâtre à César. L’office de tourisme se met en 18 pour faire en sorte que Tahiti  bouge remue. Il se passe presque tous les weekend quelques choses : un peu comme l’atelier du saucisson et du pâté, nous avons les ateliers de Uru, le salon de la beauté ou encore le Tahiti BBQ contest ! (ya aussi quelques vrais festivals, quelques vrais mais rares concerts et quelques vrais salons type salon du Tatouage^^).

 

5. Quelles conditions êtes vous prêts à accepter pour vivre cette expérience ou changer de vie ?

ça s’est une question qu’on peut évincer mais qui pour moi est importante. Bien sur tout dépend de vos motivations et du pourquoi du départ. On pense qu’on va habiter dans un endroit avec une vue sur la mer et une piscine (bon enfin moi j’ai pensé que… :/ ). Et puis la réalité nous rattrape. Les maisons avec piscine, même sans d’ailleurs, coûtent une fortune (pour les parigots ça équivaut à un 70 m², encore faut il pouvoir se le payer…). Et les appartements ne sont pas non plus donnés quand on veut un peu d’espace et un minimum vitale (j’entends par là la piscine de la résidence^^, ba oui faut ce qu’il faut quand même). Les voitures sont chères, le coût de la vie aussi… Bref le train de vie à la française sera différent d’ici avec un confort différent qui va avec une vie différente. Il faut juste se mettre d’accord sur ce que vous êtes capables d’accepter comme condition pour venir vivre à Tahiti. Si je prends mon cas, moi qui ait habité 15 ans sur paris dont les 5 dernières années dans un 35 m² à 2.5 (le 0,5 c’est le chat, ne vous emballez pas !), il était hors de question pour moi de tout quitter pour retourner en appart, manger des patates à la fin du mois et ne pas en profiter (vu qu’on reste 3 ans, le budget va être un peu concentré).

 

6. Votre projet est t-il viable financièrement au regard de la question ci-dessus ?

Ba oui les pépettes, toujours les pépettes  mais bon malheureusement l’aspect financier est plus qu’un x dans l’équation et va bien sûr être déterminant. Ficeler un projet viable est important. On s’imagine qu’on va conquérir le monde, mais bon aucune bataille n’a été gagnée avec de l’amour et d’eau fraiche (ah si, peut être Thor ?? – merci mon chéri de me montrer des “chefs d’oeuvre cinématographique…”). Le marché de l’emploi est assez compliqué, les salaires ne sont pas forcément au RDV. Fût un temps où l’argent coulait à flot. L’argent a juste coulé là…

Donc oui, prenez un risque pour tenter une super expérience, mais prenez un risque calculé. Je rappelle que les aides sociales sont minimes et que les indemnités chômage n’existent pas…

 

7. Que sera ma vie/mes contraintes en rentrant en Métropole

Le risque calculé c’est aussi penser au retour, et pour ceux qui ont envie de vivre ad vitam aeternam en Polynésie, penser à un plan B serait raisonnable. Où allez vous vivre, et professionnellement ? quels seront vos projets de vie au retour ? Bien sûr, il peut se passer un tas de choses durant votre séjour ici. Rien n’est défini. Peut être que penser au retour est pour vous synonyme d’échec. Personnellement, ça me rassure d’avoir un projet après et de savoir plus ou moins comment ça va se gérer. Même si j’en ai, en fait, encore absolument aucune idée ^^ On fait des plans sur la comète. Mais des plans c’est mieux que rien nan ?

De plus, et surtout (pour ceux qui arrivent à vivre au jour le jour – mon Dieu je vous envie !) la vie en Polynésie est quand même particulière. Le rythme est différent, professionnellement c’est aussi très différent, il n’a pas de grandes villes, peu de stress, presque toujours du soleil, des gens souriants et agréables. La vie est largement plus cool même si plus chère. Beaucoup disent que le retour est rude. Retour dans le froid, le gris, le stress, la surconsommation, le hyperTOUT. Serez vous capable de revenir dans votre vie d’avant ? Mais peut être que ce ne sera que le début de votre vie d’expatrié ou en tout cas pas la fin 😉

Alors prêts à partir ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !